Ca y est Lost c’est terminé. Depuis plus d’un mois pour certains, depuis quelques jours pour ceux qui ont suivi (avec courage vu l’horaire de diffusion) la série sur TF1. Je peux donc en parler librement sans craindre de spoiler qui que ce soit.

 

Contrairement à beaucoup je suis loin, mais alors très loin d’être déçue de cette fin. Au contriare, je pense qu’aucune autre fin n’aurait pu convenir aussi bien. Tout ce qui s’est passé sur l’île s’est vraiment passé. Les Flashsides ou réalité alternative eux sont un passage vers l’au-delà (ou quelque chose comme ça) en attendant d’admettre la mort. Passage qui doit se faire entouré des personnes qui ont participé au moment le plus important de la vie des anciens passagers du vol 815.  Oui c’est un peu compliqué écrit comme ça, mais en y réfléchissant bien, c’est une évidence. Oui beaucoup de questions sont restées sans réponses.

 

Que faut-il retenir de cette fin ? Ce n’est probablement pas la fin à laquelle on s’attendait, mais je pense que c’est exactement celle qu’il fallait. Parce que l’île, après tout, n’était qu’un prétexte pour raconter l’histoire de personnage. L’île existait bien avant nos Losties, et existera après eux. Ils ne sont qu’une infime part de l’histoire de l’ïle. On peut même penser que ce qui s’est passer, l’histoire de Jacob et de l’homme en noir (qui après révélation des scénaristes s’appelle Samuel, mystère résolu, mais est-ce vraiment important finalement ?), n’a pas été le moment le plus important pour l’île, ou même que cette histoire c’était déjà passée à une autre époque avec d’autres protagonistes. Et sur ça, les scénaristes ne nous ont jamais menti. Lost, c’est l’histoire de la vie, la mort. Bref l’histoire d’humains. Les personnages et surtout les acteurs auront été ce qu’il y avait de plus important. La preuve plusieurs rôles ont étés écrits spécialement pour les acteurs qui avaient auditionné pour d’autres personnages. D’autres rôles ont étés amplifiés comme celui de Jack (qui devait mourir dès le premier épisode) ou de Ben.

 

Et puis c’est quand même un joli cadeau que nous ont fait les scénaristes en laissant tant de questions sans réponses. Oui un cadeau. Ils ont créé une mythologie entière, reposant sur une île aux pouvoirs mystiques, dont l’humanité entière semble dépendre (car si Jack n’avait pas rebouché la source, qui nous dit que ce n’est pas la terre entière qui aurait été engloutie ?). A partir de là, ils nous ont donné quelques cartes et laissé courir notre imagination. Six années à se triturer la tête en théorie et conjectures. Six années qui ont souvent donné des idées géniales qui seraient toutes plus valables les unes que les autres. En nous donnant des réponses, une immense majorité des fans aurait été déçue. Comme pour un test de personnalité, il n’y avait pas de bonnes réponses. Les scénaristes ont fait le choix de nous laisser encore et toujours se triturer la tête. Il y aura toujours autant d’île que de fan de Lost.

 

Je suis une fervente partisane du concept selon lequel une œuvre n’appartient pas à son public mais à son auteur. Mais là, les scénaristes de Lost me font me trahir : Lost appartient à ses fans grâce à eux. Et finalement tant mieux.